La course en héritage

TEXTE ET PHOTOS : THIERRY LESPARRE

Il y a des jours où les planètes sont bien alignées, comme ce fut le cas lors de notre reportage. Me sachant de passage dans la région bordelaise, Adrien Audibert, installé depuis quelques mois à Canéjan, dans le sud-ouest de la banlieue bordelaise, me propose de passer découvrir les nouvelles installations d’Audibert & Co…

Par la même occasion, il compte me faire découvrir sa superbe Lancia 037 et de rajouter dans la foulée : « Je peux t’avoir une Stratos en plus, si tu veux. » Comme vous êtes en train de lire cet article, je vous laisse deviner quelle fut ma réponse. Le jour J, je me rends donc chez Audibert & Co sous un ciel gris et menaçant. La pluie est prévue en début d’après-midi, le plan- ning est serré, mais qu’importe, rien ne pourra entacher ma bonne humeur en cette journée un peu spéciale. L’enseigne est discrète, cependant la Ferrari Testarossa garée nonchalam- ment sur le parking me laisse penser que je suis à la bonne adresse. La Stratos et la 037 m’attendent à l’abri et en bonne compagnie entourées d’une belle brochette d’Alfa Romeo : une 1750 GT Veloce, une Giulia Super, Giu- lietta Spider… ainsi que une superbe Porsche Carrera RS 3.0 l et un rare Peugeot 207 THP Spider Cup. Après un bon café bien mérité, Adrien me fait faire un petit tour du propriétaire. Il par- tage les locaux avec Jean-Baptiste et Yoann. YP Motorsport assure la partie atelier, Yoann étant un ancien d’IMSA Performance, tandis que Jean-Baptiste s’occupe de la préparation es- thétique : polissage, nettoyage intérieur et extérieur.

Quel pied ! Il est temps de faire chauffer les mo- teurs de nos deux belles italiennes, histoire de ne pas faire trop attendre Laurent Cisneros qui, le temps de notre séance photos, nous ouvre les portes du château de Rouillac, sa propriété viticole. Adrien verse un petit bidon d’essence dans les réservoirs des deux autos puis tourne la clef de la Stratos qui s’ébroue à la première sollicitation tandis que la 037, plus capricieuse, se montre réticente à donner de la voix. Tout le monde s’affaire autour de la Lancia sous le regard impassible de Ryo, le chien mascotte du garage. Le constat est simple, si l’on veut avoir une chance de faire démarrer la bête, il va falloir changer les bougies en place pour les remplacer par des chaudes. Heureusement, ces dernières sont beaucoup plus accessibles sur la 037 que sur la Stratos.

Mission accomplie, au bout d’une bonne demi-heure tout de même, nous voici partis en convoi direction le château de Rouillac sous les yeux ébahis des automobilistes que nous croisons, qui manifestent leur étonnement par des appels de phares et des petits coups de Klaxon. Malheureusement, l’itinéraire entre le garage et le château de Rouillac n’est pas très long, sans compter que nous empruntons des routes ouvertes à la circulation, difficile dans ces condi- tions de se rendre vraiment compte du potentiel de la 037, mais quel pied et quelle chance tout de même de pou- voir prendre place à bord d’une telle légende des rallyes !

Laurent Cisneros nous attend et nous ouvre les grandes grilles en fer forgé qui donnent directement accès à sa propriété, des lieux habituellement fermés au public. Le domaine, qui fut la propriété du baron Haussmann, l’homme à qui l’on doit le Paris archi- tectural d’aujourd’hui, est magnifique et sera sans conteste un superbe écrin pour mes deux muses du jour. Au même moment et comme par enchantement, le ciel commence à s’éclaircir et les premiers rayons de soleil filtrent à travers les quelques nuages restants.

Côté Pilote
Moteur préparation Abarth avec compresseur Roots R16 développement 340ch
La mascotte Ryo monte la garde
Mécanique bien accessible