TEXTE : JACQUES FURET – PHOTOS : HVM RACING/H. LAROCHE

Meeting radicalement tourné vers l’international, la Dijon Motors Cup met à l’affiche des championnats étrangers, certains d’audience européenne, dont les apparitions en France sont rares. Cela en fait l’attrait de cette épreuve qui fêtait sa huitième édition cet automne.

Après avoir fréquenté les circuits de Do- nington, Silverstone et Oulton Park, l’In- ternational Historic F2 (réservé aux F2 d’avant 1979) achève sa saison à Dijon à l’occasion de sa seule sortie de l’an- née hors du territoire britannique. Précé- dé par Wolfgang Kaufman (March 782) en qualif’, Manfredo Rossi (March 762) inverse le rapport de forces dès l’entame de la course 1 et enchaîne les premiers tours en tête sous la pression de son rival germanique. À mi-course, les deux hommes pointent dans la même seconde. La lutte s’intensi- fie ensuite et prend une dimension supplémentaire dans les derniers tours alors que le Britannique Mat- thew Wrigley (March 782) revient à leur contact. Malgré un ultime assaut de Kaufman, Rossi franchit la ligne d’arrivée en vainqueur avec les deux autres March dans ses roues.

International Historic F2 : Rossi à double dose

Le lendemain, la seconde course promet un nou- veau duel entre Rossi et Kaufman. Hélas, l’explica- tion tourne court : pour un départ anticipé, le pilote germanique écope d’un Drive Through. Rossi n’est pas débarrassé de toute menace pour autant, car c’est rapidement au tour de Wrigley de venir le challenger, puis de le dépasser à l’amorce du huitième tour. À mi-course, l’Italien semble accu- ser le coup, tandis que Mark Charteris (March 742) suit à la troisième place. Peu après, la course bas- cule à nouveau avec un Wrigley à la dérive avec sa boîte bloquée en quatrième et un Rossi à nou- veau leader. Derrière l’Italien, désormais sans rival, la fin de course est animée par Kaufman. De retour au galop, l’Allemand passe Laurent Vallery-Masson (March 77B) et Pascal Gerbout (March 772) et enfin Charteris à un tour de l’arrivée, pour terminer à une inespérée deuxième place. Mais, nouveau coup dur, pour une vitesse excessive dans la Pit Lane lors de son Drive Through, l’homme se voit infliger une nouvelle pénalisation qui le rejette à la qua- trième place. Gerbout en profite pour grimper sur le podium.