C’est devenu un immuable rituel, un véritable pèlerinage annuel : chaque début septembre, le circuit de Cadours (40km au nord-ouest de Toulouse) revit l’espace d’un week-end. On se retrouve au bord et sur les 3940 m. de ce triangle au revêtement abrasif, sélectionné dès 1948, pour un hommage au « sanglier des Ardennes », Raymond Sommer, disparu ici-même lors du GP de 1950. On y assiste à de belles évolutions par plateaux sur fond de tours élancées du Château de Laréole et de crêtes pyrénéennes. On y apprécie cette atmosphère décontractée et baignée d’histoire du sport automobile (et même motocycliste) dans les odeurs de magret de canard au fameux ail local et de carburants additivés.

Cette année, l’hymne suisse résonnera afin de commémorer la victoire de Jo Siffert (dont les initiales baptisèrent les constructions de Guy Ligier) qui foula en 1961 cette accueillante terre de Lomagne. Lors de chaque édition, une surprise attend les spectateurs à travers un véhicule rare, voire l’exemplaire unique d’un bolide bardé de lauriers. Les véhicules admis doivent être construites entre 1937 et 1985 (sauf si exceptionnels) et différentes formules de participation sont proposées (à partir de 70€). Expos, animations, inauguration de la plaque FFVE « Patrimoine historique du sport automobile français » …Quelle sera l’attraction mystère 2021 ? Rendez-vous les 4 et 5 septembre. Entrée : gratuite samedi, 5 € le dimanche, gratuit pour les moins de 12 ans.

J.Teitgen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *